Guide à l’intention des touristes pour éviter les poursuites au civil

Parce qu’un touriste averti en vaut deux, et que dans mon quartier, on aime bien les touristes qui dépensent, surtout s’ils dépensent pour deux, j’aimerais vous prémunir contre le seul danger qui puisse guetter le visiteur inconscient (et non, ce n’est pas une horde de chats urbains en guerre territoriale) en balade dans mon duché : les pentes glacées.

Pour éviter des situations fâcheuses comme celle-ci…

Au secours! À l’aide! Duchesse au sol! Appelez les renforts, jeunes et musclés de préférence!

… et favoriser des moments comme celui-ci…

Tant de grâce! D'élégance! On sent la Sylvie Guillem dans ces papattes-là.

… et vous éviter de finir ici…

À moins que vous soyez à la recherche de calme et du type «petit studio à aire fermée».

 … je vous ai préparé un dépliant de prévention présentant les endroits les plus dangereux ainsi que leur facteur potentiel d’effouerrage de face dans la sloche, sur une échelle de béquilles (de « regarde où tu marches » à « tu vas te péter la fiole si tu m’écoutes pas »). Faites-le imprimer, distribuez-le à vos proches et étudiez-le. Y’aura un test demain.

Tout ça, parce que j’ai à coeur la sécurité des visiteurs et habitants de mon duché. Et aussi parce qu’une poursuite pour blessures, ça coûte cher en titi et que je veux me garder des sous pour m’acheter de belles robes.

Note de la duchesse : aux finfinauds qui me feraient remarquer que ma belle duchesse du Vieux-Québec a donné dans le même sujet avant moi, je répondrai que, témoin à l’appui (en l’occurrence Matthieu Dugal à TLMSF), je m’étais antérieurement engagée à pondre un tel billet. C’est juste que la Haute, on est terriblement en symbiose (et que c’est glissant partout, la gadoue de la Vieille-Capitale).

Crédit photo : Rémi Garneau, candidat au prix du Meilleur beau-frère 2012

Caroline Décoste

Saint-Jean-Baptiste